Archives de catégorie : ce que je séme

Réponse à Mr Mallet

cet article  https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-15-septembre-2018
m’a donné l’élan de cette réponse :

Est-ce que l’un des journalistes qui relaye cet article a vu, de ses yeux vu, les 5 dernières déclarations d’impôts de Mr Rabhi? Permettez moi d’en douter.
Je propose un jeu : le « gardons nous ». Dans ce jeu, il convient de remercier la personne qui me signale « une paille dans mon œil, des fois que ce serait la poutre qui me pourrit la vie »
j’ai d’autant plus envie d’y jouer avec vous, que  la paille que je subodore ici, pourrie la vie de quantité de gens, y compris vous même. Dans les circonstances présentes cette paille ce nomme manque de discernement, et provoque division. Si effectivement personne d’autres que Mr Malet, n’a été voir, de ses yeux voir, à minima de vérification, (l’erreur est humaine, n’est-ce pas?), les 5 dernières déclaration d’impôts de Mr Rabhi, alors c’est sur la parole d’un seul homme qu’un grand journal relaye une information propre à diviser l’énergie (composées d’une multitude) utile à notre protection. Car, si maladroitement que cela soit fait, le mouvement insufflé par l’exemple de Mr Rabhi fait bel est bien œuvre de protection de notre milieu vital.

Et à l’heure du « changement climatique »,  notre protection , qui comprend la mienne et la vôtre, m’est indispensable.

J’y serai bien allé moi-même vérifier, mais,   je cite les impôts :  « prendre connaissance de certains renseignements sur les revenus et l’impôt sur le revenu d’autres contribuables de votre département en vous rendant dans les locaux de la direction départementale des finances publiques avec une pièce d’identité. « . Ors,  j’habite bien loin de chez lui,  et je n’en ressent pas le besoin. En effet, si Mr Rabhi a gagné autant, c’est depuis combien de mois? Et j’ai la confiance que d’année en année depuis son 1er salaire, il a plus souvent connu « les vaches maigres », tout en aidant ses amis. Curieux que Mr Malet n’en parle pas.

Quand il évoque Mr Rabhi comme un guru, je dis certes, au même titre alors que  celui qui a dit « je vend du temps de cerveau disponible », et tout ceux qui payent ces temps là, prenant les spectateurs pour « des oies à gaver », ce qui a pour effets de participer activement à scier la branche/terre sur laquelle nous sommes tous assis. Et combien gagnent-ils eux ?
La parole, cher.es lecteur.trices
c’est un acte pour lequel je prend garde absolument, puisque « tant que les mots sont dans ma bouche, j’en suis le maître; mais dès lors qu’ils en ont passé le seuil, j’en suis l’esclave » .
En matière d’esclavage ma préférence va à celui de la clairvoyance, du discernement, de l’humilité, de la bienveillance, la liste est longue de nos agréables qualités humaines, qu’il convient de partager pour en bénéficier soi -même.

A bon entendeur notre salut

Réveillez vous, je vous prie, vous pardonne et vous remercie.

Bien humainement.

Vivy


envoyer ce 29 sept 2018, via le « contactez nous » de l’article https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-15-septembre-2018

et aussi sur l’article d’origine https://www.monde-diplomatique.fr/2018/08/MALET/58981, via le courrier des lecteurs

la suite un autre jour,  les FB, twiter etc …
je n’ai pas trouvé le FB, ni tweeter de Jean Baptiste Malet

S’il vous plaît d’en faire autant, ce texte peut être copié

Bibliographie des autres réponses :

En défense de mon ami Pierre Rabhi (une suite nécessaire)

Publiée par Mouvement Colibris sur Vendredi 21 septembre 2018

 

https://colibris-lemouvement.org/magazine/notre-ambition-mieux-articuler-changements-individuels-et-collectifs

https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Beaucoup-bruit-rien-defense-chiffree-factuelle-Pierre-Rabhi-2018-09-27-1200972009

http://systeme-pierre-rabhi.do4change.com/

Gabriel RABHI

Le 18 septembre 2018 – Fils de Pierre RABHI

 

Le 18/09/2018

Bonjour à tous,

Le journaliste Jean-Baptiste MALET a écrit un article intitulé « Le Système Pierre RABHI » pour le Monde Diplomatique. Il prétend dénoncer les pratiques d’un homme public qui serait essentiellement intéressé par l’argent. Cet homme, c’est mon propre père. Personne n’est au-dessus de tout soupçon et la démarche est tout à fait légitime. Mais à la lecture de son article, en écoutant ses propos sur France Inter et sur Internet (Facebook), je me suis rendu compte que la vision qu’il en donne est lourdement à charge. Nombre d’arguments exposés dans cette vidéo sont pour le moins subjectifs et le rapport à l’argent décrit est très éloigné de la réalité que j’en connais.

Comme personne proche de cet homme public puisque j’en suis un des fils, je souhaite apporter mon témoignage, rectifier ou préciser quelques éléments présentés dans la vidéo Facebook de France-Inter qui me semblent tout bonnement diffamants.

1000 à 2000 euros par conférence est un tarif plus que modeste. Pierre RABHI fait venir entre 300 et 1500 personnes prêtes à payer des dizaines d’euros chacune pour l’écouter. Faites le calcul : il fait gagner de l’argent, beaucoup d’argent aux organisations qui l’invitent. Les demandes de conférences sont incessantes. D’après son assistante, il pourrait en faire une par jour sur les prochains mois ou années. Regardez combien prennent la majorité des conférenciers qui ont la même notoriété, surtout quand ils passent en entreprise. Et la réalité, celle que je connais, c’est qu’il ne veut pas être d’avantage payé, car faire passer son message auprès du public est plus important que de gagner sa vie.

Cela ne fait que quelques années qu’il gagne aussi bien sa vie : avant il n’arrivait, grâce à ses livres et ses conférences, qu’à gagner quelques dizaines de milliers d’euros par an. Pierre à 80 ans, a écrit de nombreux livres et donné des centaines de conférences. La plupart des personnes qui ont une telle notoriété gagnent autant que lui si ce n’est bien d’avantage. S’il le désirait, il pourrait multiplier ses revenus. En réalité, Pierre n’a rien à faire du fait de tirer un profit financier de sa notoriété, il n’en parle jamais.

Sur France Inter, ce journaliste dénonçait les fréquentations de Pierre, notamment des amitiés avec de grands patrons : et c’est vrai, tout comme il fréquente nombre de personnes modestes et discrètes. Mais c’est à se demander si Mr MALET a lu et compris le message de Pierre. Pour lui, la lutte des classes n’a rien ou pas grand-chose à voir avec l’écologie. Pierre considère que l’écologie n’est ni de droite ni de gauche, et il a raison. Elle est « au dessus » des questions politiciennes, en amont de toute vie. On ne mange pas des pommes de terre de droite, on ne boit pas de l’eau de gauche. Pierre voit l’urgence écologique comme un enjeu majeur qui concerne tout le monde, modestes et puissants, et il a grandement raison. C’est ce qui le motive à n’être jamais récupéré ni associé à un mouvement politique et de n’exclure personne, par principe.

Vous dites qu’il amasse « beaucoup d’argent » pour financer ses actions : je puis vous garantir que les sommes sont tout à fait relatives quand on les compare à celles amassées par nombre d’ONGs. Combien d’emplois a t-il créé ces vingt dernières années, directement et indirectement ? Vous n’en parlez pas. Le chiffre est en réalité important : ce qu’il gagne personnellement au regard du budget total de ses associations est marginal. Encore une fois : vous dites que Pierre RABHI pourrait financer ses associations sur ses fonds propres, mais ceci est purement et simplement de la diffamation. Faites le calcul du nombre de personnes à payer sur ses associations et le rapport avec ses revenus, et vous comprendrez que c’est impossible.

Si, précisément, il se mettait tout l’argent dans la poche – c’est ce que vous dites, « il garde tout pour lui » – cela devrait se voir sur son train de vie. Or, il ne dépense que pour entretenir sa maison Ardéchoise, faire son jardin, avoir une petite auto pour se déplacer et aider sa famille et amis, enfants et petits-enfants. Il donne beaucoup et ne compte pas. Ou sont les biens immobiliers, les marques de luxe et les grosses voitures typiques d’une personne soucieuse de ses biens matériels ? La réalité que je connais est tout autre que celle que vous décrivez.

Oui, il a engagé son gendre comme assistant durant une période, parce que c’est un professionnel de l’organisation. Il a co-fondé le « hameau des buis » (une organisation complexe dont le budget est plusieurs fois supérieur aux revenus de Pierre) et a eu toute légitimité à être son assistant – de nombreuses personnes pourraient témoigner de son apport en termes de coordination et d’organisation.

Vous décriez l’image de paysan humble : n’oubliez pas trop vite qu’à sa vingtaine, avec sa compagne, il a quitté la région Parisienne bien avant mai 68 pour retaper une ferme en Ardèche et monter un troupeau de chèvres, sans eau courante et sans électricité. Cela leur a pris plus de 20 ans pour stabiliser des revenus corrects et réguliers. Fallait-il courage et détermination, et croire aux bénéfices d’une vie simple en contact avec la nature pour ne pas abandonner.

Je ne vais pas d’avantage m’étendre sur ce que je crois être de la malhonnêteté intellectuelle de la part de Mr MALET. Que l’on réalise une telle enquête est tout à fait légitime voir nécessaire, mais que l’on fasse autant de bruit sur des détails aussi subjectifs me semble symptomatique d’une intention de nuire.

Que Vanity Fair publie des articles à charge me semble être cohérent avec leur ligne éditoriale. En revanche, je suis navré qu’un journal respectable comme le Monde Diplomatique et que France-Inter s’associent à ce qui est, pour moi, une campagne de dénigrement basée sur des opinions infondés. Cela m’évoque le procédé de dénigrement par l’amalgame propres aux réseaux dit « antifa ».

Encore une fois, je ne dis pas qu’il n’y a pas de questions à se poser entre, d’un côté, la vie réelle et matérielle de l’homme public, et de l’autre le message qu’il porte. On peut critiquer ses idées, sa posture apolitique, ses méthodes et prises de positions : ils sont faits pour être débattus et son critiquables. Toutes les idées sont critiquables et personne n’est sommé de l’aimer. Mais le fait est que les récentes publications de Jean-Baptiste MALET sont d’une autre nature : c’est, selon moi, une entreprise visant à salir l’image d’une personne publique par la calomnie et les sous-entendus, sans jamais aborder le fond, c’est-à-dire les idées.

Gabriel RABHI