psychiatrie

une pétition : http://www.collectifpsychiatrie.fr/phpPetitions/index.php?petition=8

parce que :

Psychiatrie : le casse-tête de la nouvelle loi Le Monde, 2 août 2011
Entrée en vigueur le 1er août, la réforme de l’hospitalisation sans consentement inquiète psychiatres et juristes

Malgré les interrogations persistantes sur sa mise en œuvre, la réforme de la loi de 1990 sur l’internement psychiatrique sans consentement est bel et bien entrée en vigueur, lundi 1er août, dans la plus grande précipitation. La loi a été promulguée le 5 juillet, ses décrets publiés le 18 juillet. Elle instaure, notamment, un contrôle par un juge dans les quinze jours suivant l’internement d’un patient, et la possibilité d’imposer des soins psychiatriques à un malade même hors de l’hôpital.
Le texte est jugé complexe et contraignant. Dans les hôpitaux, dans les tribunaux, la même question revient : « Comment ça va marcher ? » Et la même certitude : « Il va y avoir des couacs ! » La crainte la plus forte : qu’une sortie de patient soit imposée de fait, même si son état nécessite qu’il reste hospitalisé, parce que la remise d’un certificat de psychiatre ou l’audience chez le juge n’auront pu être réalisées dans le temps imparti.
Dans cette loi, deux évolutions majeures se télescopent et bouleversent l’organisation des hôpitaux. La première a été voulue par le gouvernement : l’élargissement de l’obligation de se soigner pour les malades qui ne peuvent y consentir librement. Ainsi, après au maximum 72 heures d’observation, un patient peut se voir prescrire soit une hospitalisation complète, soit un « programme de soins », qui réside dans une hospitalisation partielle (la nuit ou le jour…) ou des soins à domicile (visites, médicaments). S’il ne suit pas ce programme, il risque le retour en hospitalisation complète.
S’y est ajoutée, à la suite d’une question prioritaire de constitutionnalité, l’obligation imposée par le Conseil constitutionnel d’instaurer à partir du 1er août une audience auprès d’un juge des libertés et de la détention (JLD), qui contrôlera le bien-fondé de l’internement. Une décision que personne ne réprouve, mais qui tourne au casse-tête. « C’est une loi très compliquée à mettre en œuvre, et l’échéance tombe alors que médecins, infirmiers, juges et greffiers sont en vacances », résume Joseph Halos, président de l’Association des établissements participant au service public en santé mentale (Adesm).
Plusieurs possibilités sont offertes pour les audiences : au tribunal ou dans une salle spécialement aménagée à l’hôpital (30 m2 minimum, accueil prévu pour 15 personnes), ou bien encore par visioconférence. Cette dernière option, très critiquée, ne sera pas envisageable avec certains malades, par exemple paranoïaques. Le patient pourra venir avec un avocat. Enfin, pour les malades qui ne pourraient être présentés à un juge, un avocat sera commis d’office.
Chaque année, 60 000 audiences pourraient se tenir. Les hôpitaux préfèrent qu’elles aient lieu en leur sein pour éviter des transports de malades qui nécessitent au moins un chauffeur et un infirmier. Mais selon le Syndicat des psychiatres d’exercice public, il semble qu’une bonne partie des tribunaux aient choisi de ne pas faire déplacer les juges et les greffiers, aussi par manque d’effectifs.
C’est le cas en Seine-Saint-Denis, ce qui oblige le tribunal de Bobigny à prévoir des permanences et des salles spéciales pour les malades mentaux. « Nous nous engageons aussi à les convoquer à des heures précises. Nous voulons leur éviter d’attendre », précise Nicolas Bonnal, premier vice-président du tribunal de grande instance (TGI). « Nous allons faire notre possible pour appliquer cette loi, mais on ne nous a pas facilité la tâche », ajoute-t-il. Les magistrats craignent les ratés. Alors que le JLD pourra être saisi par les hôpitaux jusqu’à trois jours avant la limite des quinze jours, que se passera-t-il pour les week-ends suivis d’un jour férié, comme ce 15 août ?
Les avocats, qui doivent déjà appliquer la réforme de la garde à vue, s’inquiètent de la perspective d’être amenés à représenter un patient qu’ils ne verront pas si son état ne le permet pas. « N’ira-t-on pas à l’encontre de son souhait ? », interroge Arnauld Bernard, bâtonnier de Créteil. Dans le Val-de-Marne, deux avocats qui connaissent la matière se sont portés volontaires pour août. Après, des formations seront organisées.
Pour les psychiatres, la réforme est lourde. En plus de l’intervention du JLD, ils doivent intégrer la modification des soins sans consentement. Leurs questions sont plus nombreuses encore : qui doit informer le patient de ses droits ? Un patient devra-t-il revoir le JLD après une simple sortie le week-end ?
« Cette loi est folle. La multiplicité des certificats à remplir avec des délais très stricts alourdit le travail des médecins, il y aura des loupés », prévient Paul Machto. Ce psychiatre est membre du Collectif des 39, qui a dénoncé l’aspect sécuritaire et « antithérapeutique » de la loi, estimant qu’au lieu de favoriser la confiance entre médecin et patient, « elle place le psychiatre en position de menace permanente ».
Beaucoup reprochent au gouvernement d’avoir créé la panique en persistant à vouloir appliquer ces deux changements de concert. Dans les hôpitaux, à l’approche de la date butoir, les sorties d’hospitalisation ont été plus nombreuses et les entrées moins fréquentes, pour limiter les cas à régler au départ et éviter impairs et recours des patients.
Le ministère de la santé reconnaît que la situation risque d’être tendue dans les prochains jours. Mais il estime que les hôpitaux parviendront vite à s’adapter. Les agences régionales de santé proposeront des réponses aux questions urgentes par le biais de spécialistes joignables à toute heure. Toutefois, à la veille du 1er août, les divers acteurs ne cherchaient pas seulement comment appliquer la loi, mais comment trouver des parades à des erreurs de procédure qui pourraient avoir un lourd impact sur des patients déjà fragiles.
Laetitia Clavreul
© Le Monde

1 réflexion sur « psychiatrie »

  1. Antiochus

    Je viens de lire avec intérêt cet article du Monde concernant la nouvelle loi de l’hospitalisation sans consentement (la précédente loi parlait d’hospitalisation sous contrainte … c’est vrai qu’entre-temps les sourds sont devenus des mal-entendants) Avant la loi de 1990, la psychiatrie fonctionnait avec une vieille loi datant de 1850 et j’ai – en tant que soignant – vécu le passage d’une loi à l’autre. J’imagine donc bien que la mise en place d’une loi d’une telle complexité en plein mois d’Août, va poser un certains nombre de problèmes … Il semble que, encore une fois, l’être humain souffrant n’est pas au centre du dispositif.
    Merci d’avoir relayé cette info.
    Antiochus

    Répondre

Répondre à Antiochus Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.