l’argent : le nerf de la paix!

Force est de constater que notre mode de création monétaire actuel présente un « bug mathématique ».

Pour le comprendre observons une cour de récré : 10 enfants s’ennuient. Arrive Jean avec un gros sac, il prête ses 100 billes pour la journée, Oh joie ! En demandant à chaque joueur de lui en rendre plus une le soir, aie….  Il veut 110 billes…
A-t’il favorisé la paix dans la cour ?
C’est le bug de l’intérêt, quand il accompagne le moment de la création de la monnaie. Comment rendre plus que ce qui est mis en circulation?

Alors quand  Jean s’appelle banques. Que depuis 100 ans la masse monétaire mondiale augmente de façon exponentielle, toujours assortie d’une dette.  L’effet papillon dans toute son horreur se constate tous les jours chez les plus pauvres, aux infos…

Pourtant nous avons cette chance à notre époque que la monnaie ne soit plus de l’or ou de l’argent-papier, mais une virtualité dont l’existence ne dépend que de règles du jeu humain.
Nous sommes libres  de considérer la monnaie comme un bien commun, qu’il convient donc d’émettre en ÉCHANGE d’un service au bien commun : éducation, santé, justice, communications, énergies, eau, air, terre ….  **Voir  les travaux de Mr Derudder : https://www.aises-fr.org/actions-politiques/la-monnaie-du-bien-commun  et   http://www.yvesmichel.org/product-page/livres-a-paraitre/monnaie-service-bien-commun/

Finis dettes, impôts, taxes, « y’a pas les sous », « paperasses considérables », etc…..  Nos besoins de biens communs sont ainsi légitimement financés par un échange. L’effet « ruissellement » va s’inverser : de la base (instituteurs, aide soignants,…. ) vers tout le monde, dont des banques, comme la NEF, qui gère déjà avec éthique.

Ainsi la richesse d’une société représentera le temps (équivalent salaire) qu’elle consacre à son bien commun.

 Le symbole devient

Le temps c’est de l’amour….

Créons un argent serviteur, et non mauvais maître. Libérons-nous de cet esclavage, puisqu’il n’est pas imposé par notre milieu de vie, la terre, si généreuse. Suivons son exemple. Nous sommes complètement libre, à part de nos attachements mentaux, de choisir un argent illogique ou un outil bénéfique.

Puisse cette idée/levier faire  son chemin dans l’esprit
de mes contemporains :  Agir là où ça
libère tellement de chaines!

Qu’est ce qui nous en empêche?  j’ai l’intime conviction que le jeu en vaut la chandelle!

  Faire du flouze un « nerf de la paix », quoi!!!

J’ai vraiment l’élan de participer à la création d’un organisme citoyen du bien commun. À bons entendeurs, amis de « sauvez la planète », formons équipe!

Yvonne Daroussin.
Avec joie et Atout Cœur.