Gilles Clément, jardinier humaniste

Pour le jardinier humaniste, Sarkozy, en fondant son projet sur “le fric” et le “développement infini” a renoncé à tout projet de société.

Le concepteur du parc André Citroën tient son engagement. Choqué par l'”invraisemblable” déclaration de Nicolas Sarkozy sur le déterminisme et par ses prises de positions en matière d’économie, Gilles Clément a choisi, le 6 mai 2007, de ne plus travailler avec l’Etat. Il avait alors renoncé à retravailler sur le jardin qu’il a réalisé pour le musée du quai Branly. Et avait également annulé sa participation à un chantier en Martinique, à représenter la France à la Foire Internationale de Saragosse et à sa participation à divers colloques:

la suite:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.