Gilles Clément, jardinier humaniste

Pour le jardinier humaniste, Sarkozy, en fondant son projet sur « le fric » et le « développement infini » a renoncé à tout projet de société.

Le concepteur du parc André Citroën tient son engagement. Choqué par l' »invraisemblable » déclaration de Nicolas Sarkozy sur le déterminisme et par ses prises de positions en matière d’économie, Gilles Clément a choisi, le 6 mai 2007, de ne plus travailler avec l’Etat. Il avait alors renoncé à retravailler sur le jardin qu’il a réalisé pour le musée du quai Branly. Et avait également annulé sa participation à un chantier en Martinique, à représenter la France à la Foire Internationale de Saragosse et à sa participation à divers colloques:

la suite:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.